Coronavirus – Les dirigeants face aux risques

02 avril 2020

L’incertitude fait partie de la vie de l’entreprise. S’il existe des techniques de planification de l’inconnu et d’anticipation des risques, celles-ci semblent absentes dans de nombreuses entreprises, de tailles très diverses, alors même qu’elles vont devoir faire face à l’impact de l’épidémie de coronavirus sur leurs activités.

 

Au-delà de la crise liée à la pandémie, les entreprises sont aujourd’hui entrées dans une période où les incertitudes commerciales sont nombreuses et les tensions imprévisibles. Aussi, est-il devenu nécessaire pour les chefs d’entreprise d’élaborer une planification formelle pour anticiper les événements et faire face à la baisse brutale du carnet de commande et aux difficultés de trésorerie. 

 

Chez VISCONTI Partners, nous avons expérimenté une approche en trois étapes pour faire face aux urgences financières.

 

La première concerne le système d’information de l’entreprise et la manière dont elle traite les données sur le déroulement probable des événements à venir. La direction doit examiner en détail toutes les éventualités qui la préoccupent, afin de pouvoir comprendre à l’avance leurs implications financières pour une identification et prévoir une réponse rapide et structurée. Cela nécessite une capacité d’analyse au-delà des procédures de prévision normales. 

 

La deuxième étape est la préparation d’un inventaire des ressources alternatives ouvertes à une entreprise pour faire face à un déficit inattendu de cash flow. Les ressources comprendront des réserves instantanées et négociables, une réaffectation de certains budgets et la liquidation d’actifs inutilisés, le report de dépenses non productives, l’outsourcing, la réduction du personnel, etc. 

 

La troisième étape – la plus difficile – est la formulation d’une stratégie pour faire face à l’inconnu. Cela nécessite quelques jugements sur la taille et la répartition des ressources et en particulier sur la séquence dans laquelle elles seront utilisées à mesure que des besoins contingents se feront jour. Il est évident que la stratégie doit être adaptée aux imprévus et aux circonstances de l’entreprise.

 

Une bonne stratégie s’efforcera donc de planifier une capacité de réponse rapide lorsque le besoin est soudain et urgent ou lorsqu’il est essentiel de gagner du temps pour permettre une réaffectation des ressources.

 Partager