Dirigeant(e)s : laissez la main à votre Comité de direction !

10 novembre 2020

En tant que dirigeant, que vous l’ayez planifié ou non, il peut arriver que pour une raison ou pour une autre, vous soyez soit absent de votre poste : départ en vacances, maladie, cas de force majeure, etc. Comment l’entreprise gère-t-elle cette absence ? Sera-ce le déluge ? Le Comité de direction étant en principe le bras droit du dirigeant, devrait être en mesure de prendre facilement le relai. Mais cela ne s’improvise pas. Pour que le Codir soit en mesure de diriger convenablement en votre absence, il faut une certaine préparation et un encadrement en amont.

 

Partagez la vision

Il est capital de partager avec votre comité de direction les objectifs spécifiques, les résultats attendus et les conséquences sur l’entreprise. Lorsque vos collaborateurs sont ainsi impliqués, ils se sentent responsables de la bonne marche de l’entreprise et cela développe une motivation intrinsèque en eux. Ils seront alors plus enclins à prendre des initiatives qui contribueront à la croissance de l’entreprise.

 

Pensez avec (et non pour) votre Comité de direction

Si pendant que vous êtes en réunion un des managers soulève un problème, tous les regards se tournent vers vous, et fièrement vous apportez LA solution, ce scénario devrait vous inquiéter. Vous devriez vous demander ce qui se serait passé si vous étiez absent.

 

Lorsqu’une situation qui nécessite une certaine réflexion se pose, démontrez de la confiance aux membres de votre Comité de direction. S’ils occupent ces fonctions c’est parce qu’ils ont une certaine compétence. Laissez-la donc s’exprimer. Encouragez-les à penser à des solutions, à les proposer et même à les implémenter. En effet, il ne faudrait pas prôner la participation, tout en la verrouillant. Autant que possible, il faut mettre en œuvre les idées émises par votre équipe, et valoriser les succès. Vos collaborateurs gagneront en confiance et ne seront que davantage encouragés à exprimer leurs idées, pour accroître le succès de l’entreprise.

 

Dirigeant et non surveillant

Il est facile (et même un peu agréable) pour le dirigeant de se croire indispensable, de croire qu’il faut qu’il soit toujours là pour surveiller ce que font ses collaborateurs. Pourtant, le bon dirigeant n’est pas celui qui surveille systématiquement ce que font ses collaborateurs, mais celui qui encadre. Si vous ne leur faites pas confiance, alors ils se croiront difficilement capables d’arriver à travailler par eux-mêmes. Toute initiative et toute motivation se trouvent muselées.

 

Quelques conseils pour :

 

  • Prenez le temps d’observer vos collaborateurs. Vous devez être en mesure d’identifier une ou deux personnes qui peuvent vous remplacer en cas de besoin.
  • Ne pas considérer la délégation comme une perte de pouvoir mais comme une collaboration, une opportunité de voir émerger le talent chez les autres.
  • Jugez les résultats et pas toujours la méthode. Il se peut que votre collaborateur ne fasse pas comme vous auriez fait à sa place, mais si le résultat est celui escompté, pourquoi pas ?
  • Oubliez le fameux proverbe : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même ». Attendez-vous à être surpris de constater que vos collaborateurs s’en sortent mieux quelques fois.
  • Ne pas déléguer par manque de temps ou parce que vous êtes débordé. Pour être en mesure d’évaluer sereinement les capacités d’un collaborateur à vous remplacer, il vaut mieux le tester en période calme.
  • Accepter le droit à l’erreur. Intégrer que votre collaborateur peut se tromper. Il faut voir en cela une opportunité pour l’aider à s’améliorer et non une preuve de son incapacité.

 

Inculquer la prise d’initiative à vos collaborateurs est un processus qui se construit dans le temps. En tant que dirigeant vous devrez faire preuve d’ouverture et d’humilité. En encourageant vos proches collaborateurs à adopter une attitude proactive, vous favorisez le professionnalisme et l’implication de chacun, pour atteindre la performance souhaitée. Votre présence ne sera plus gage de sécurité absolue et votre absence signe de danger fatal. Dans l’un ou l’autre cas, vous aurez posé les bases nécessaires à la bonne marche de l’entreprise.

.

VISCONTI Partners

 Partager